Skip to main content
UL/CONCOURS CHARLES-ROUSSEAU : L’Université de Lomé à Brest !

UL/CONCOURS CHARLES-ROUSSEAU : L’Université de Lomé à Brest !

Quatre étudiants de la faculté de droit de l’Université de Lomé participent du 09 au 14 mai 2022 à Brest, en France, au concours de procès simulé en droit international, Charles Rousseau. Ce concours, organisé sous l’égide du Réseau francophone de droit international depuis 1985, est destiné à développer auprès des étudiants, la connaissance et la maîtrise parfaite du droit international public. Le procès simulé de l’édition 2022 est un cas fictif entre deux États (Léoni et Dole) intitulé : CIJ, activités et infrastructures numériques opposant la République du Léoni à la République du Dole.

Face à ses homologues venus d’Afrique, d’Amérique, et d’Europe, l’équipe de l’UL aura à batailler dur pour gagner son procès. En effet, nos étudiants ambassadeurs, devront se montrer les plus ingénieux et les plus pertinents en tant que conseils des Etats parties au litige devant la Cour internationale de Justice de la Haye (CIJ). En tant que conseils, ils devront plaider en demande pour le compte de la République du Léoni et en défense pour protéger les intérêts de la République du Dole. Ainsi affronteront-ils d’autres plaideurs (étudiants) tant en demande qu’en défense. C’est ce défi double et complexe que nos jeunes étudiants sont appelés à relever en se démarquant des autres compétiteurs par la qualité et l’originalité de leurs plaidoiries qui devra obtenir l’approbation du jury.

Le Concours Charles-Rousseau a acquis une réelle réputation dans les milieux spécialisés eu égard au niveau élevé des exigences scientifiques. Il connaît un grand succès auprès des étudiants, non seulement par l’esprit d’émulation qu’il induit, mais aussi par ses vertus pédagogiques. Confrontés à un cas pratique complexe et proche de la réalité, les étudiants doivent entreprendre des recherches longues et complexes sur de nombreux problèmes juridiques durant 8 mois, soit de septembre, période de la publication du cas, jusqu’en mai, période du déroulement de la phase orale du concours. En outre, les plaidoiries, loin de se limiter à un simple exercice d’éloquence, obligent les étudiants à assurer une maîtrise sans faille du droit international, car ils sont généralement soumis à cette occasion à un jeu de questions savantes sur les divers aspects de la matière par un jury de professeurs et d’experts, savamment choisis.

Notons que chaque année, entre 150 et 200 personnes, toutes régions du monde confondues, se retrouvent à l’occasion des épreuves orales du concours : équipes d’étudiants participants et leurs instructeurs, universitaires, professeurs et praticiens, généralement membres de jury. Depuis sa création en 1987, le Concours Charles-Rousseaux a eu lieu  une seule fois sur le continent africain, à Cotonou au Bénin. Plus de cent institutions de 35 pays différents y ont participé, dont le Togo. La compétition tient son nom de l’éminent professeur de Droit Public International, Charles ROUSSEAU (1902-1993), qui aura marqué l’univers juridique de France mais également du reste du monde par ses différentes fonctions et divers ouvrages. Internationaliste chevronné, il a durant sa vie professionnelle « prononcer des conférences » aux quatre coins du globe.

La délégation de l’UL qui représente le Togo cette année,  est composée de Guy Valère Badanaro, Alban Honmba Bassowa, Juste Koko Finou et Gbati Tchandikou avec à sa tête, le docteur Junior Joseph Kodjo comme instructeur.

Un seul souhait à nos ambassadeurs : BONNE CHANCE !

etu